inscription

Recevez chaque jeudi l'actualité des risques en entreprise,

Abonnez-vous à
la Lettre du risque

Inscription gratuite et sans engagement

Algues vertes : ouverture d'une enquête préliminaire après le décès d'un salarié

Le _ Catégorie : Risques pour l'Homme au travail

SAINT-BRIEUC — Le procureur de Saint-Brieuc Gérard Zaug a ouvert lundi une enquête préliminaire après le décès suspect fin juillet d'un salarié qui transportait des algues vertes dans les Côtes-d'Armor, a-t-on appris de source judiciaire.

"Je demande à la gendarmerie d'ouvrir une enquête préliminaire en recherche des causes de la mort", a indiqué à l'AFP M. Zaug. Il s'agit "de déterminer s'il y a un lien entre le décès et les algues vertes", a-t-il ajouté. L'enquête a été confiée à la gendarmerie de Saint-Brieuc.

Interrogé pour savoir si une autopsie judiciaire allait être ordonnée, le procureur a indiqué que, "compte-tenu de l'acte grave que constitue une autopsie après exhumation", celle-ci ne serait décidée que si des experts l'estimaient "médicalement utile".

De son côté, la caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) des Côtes d'Armor, qui a également diligenté une enquête au titre des accidents du travail, a remis à la compagne du défunt une demande d'autorisation d'autopsie pour permettre au service de Contrôle médical de se prononcer "sur le lien de cause à effet entre le décès et l'accident", a indiqué l'institution dans un communiqué.

La famille du défunt, qui n'a pas porté plainte, a fait savoir par voie de presse qu'elle s'opposerait à une autopsie.

Le décès du salarié, âgé de 48 ans, révélé ce week-end, remonte au 22 juillet dernier. Attribué initialement à un simple malaise cardiaque, il a été jugé suspect par des associations et un élu régional PS. Une déclaration d'accident du travail a été établie le 24 juillet mais "l'employeur a émis des réserves quant au caractère professionnel de l'accident".

"Le salarié sortait de l'usine après avoir manipulé son troisième caisson d'algues vertes de la journée et, moins de 10 minutes après, il a fait un malaise et a eu un accident avec son camion", a raconté à l'AFP M. Thierry Burlot, président du syndicat mixte de traitement des ordures ménagères de Lantic et élu PS à la région Bretagne,

Un rapport officiel avait confirmé fin août que l'hydrogène sulfuré dégagé par les algues vertes en décomposition pouvait être "mortel" en cas de concentration importante. Ce rapport avait été demandé après la mort d'un cheval fin juillet sur une plage de Saint-Michel-en-Grève (Côtes-d'Armor).

Source : AFP

PRECEDENT   article  SUIVANT

Réactions...

deguisement chinoise, le :

Faut pas se leurrer. On ne fera rien ou presque contre les algues vertes. Ou alors seulement à la marge. Peut-être qu'on les enlèvera au fur et à mesure histoire de faire taire le mécontentement général. Mais on ne s'attaquera pas aux vrais problèmes, à savoir l'intensification des cultures et la concentration des élevages. Il y a trop d'intérêts financiers en jeu dans cette affaire. A la rigueur on lèvera le petit doigt. Sans doute même la main. Mais on ne lèvera pas le pied.

 

Vos commentaires sont les bienvenus

Nom ou pseudo :
Email :
(reste confidentiel)
Commentaire :
Antispam :

Les champs obligatoires sont indiqués avec des

PARTAGEZ

UNE SOCIETE A DECOUVRIR

SYNAMAP
SYNAMAP
Organisation interprofessionnelle créée en ...
(en savoir plus)

L'ACTUALITE 

NOUVEAUX PRODUITS & SERVICES